top of page
Rechercher

Volkswagen : une histoire mouvementée

VW est l’un des constructeurs automobiles les plus prestigieux. Nous sommes importateur officiel à Libreville depuis 1995. Mais connaissez-vous l’histoire de cette entreprise mythique ?




Sans les autoroutes vides.


L’Allemagne nazie des années 1930… Son maître, Adolf Hitler, veut lui redonner toute sa puissance d’antan. Ça construit dans tout le pays. Notamment des autoroutes. Problème : elles sont quasi vides, faute d’autos.


Pour des raisons purement politiques, le Führer souhaite que chaque allemand possède une voiture. Il approche l’Autrichien Ferdinand Porsche, un ingénieur de génie, quasi autodidacte. Après avoir travaillé, entre autre, chez Daimler-Benz, il fonde sa propre société en 1931, à Stuttgart. Hitler apporte sur un plateau ce dont rêve Porsche : la fabrication d’une voiture populaire.

Des critères techniques très précis sont imposés au futur constructeur. Le véhicule ne doit pas coûter cher : 1 000 reichsmarks (la monnaie officielle de l’époque) ; il doit être capable d’emporter 4 à 5 personnes tout en atteignant les 100 km/h ; il faut qu’il soit robuste, pour résister aux hivers allemands plutôt froids.



La voiture du peuple


Porsche s’inspire du modèle américain qui fait un carton : la fameuse Ford T. Il lorgne également du côté du constructeur tchécoslovaque Tatra.


Les premiers prototypes sont présentés en 1936. Leur nom ? KdF-Wagen. K pour Kraft, d pour durch, F pour Freude ce qui se traduit par « La force par la joie ». Le nom, également, d’une organisation de loisirs mise en place par les nazies. Hitler baptise alors l’entreprise Volkswagen, ce qui signifie « Voiture du peuple » (le fameux « VW » V « Volks », le peuple en allemand et W pour « Wagen », la voiture).

Cette voiture est en fait la future Coccinelle, qui, bien plus tard, fera un véritable carton sur la planète. Mais à son lancement, ce n’est pas ça…



Elle est officiellement présentée en 1938. Construite dans la ville de Wolfsburg (surnommé un temps KdF-Stadt), elle n’a pas le temps de séduire le public allemand. La Seconde guerre mondiale éclate, l’armée prend la direction de l’usine et la KdF-Wagen se transforme en véhicule militaire, sous trois déclinaisons : Kübelwagen, Schwimmwagen, Kommandeurwagen.





Par la grâce d’un officier anglais


Quand la guerre prend fin, les forces américaines investissent Wolfsburg. L’usine est en ruine, désaffectée. Les Américains n’y voient aucun intérêt et la laissent aux mains des Britanniques. Parmi eux, le major Ivan Hirst. L’homme n’a pas les yeux dans ses poches. Parmi les décombres, il repère deux KdF-Wagen qui ont échappé aux bombardements. C’est le flash. Il les peint en vert, les présente à l’état-major britannique qui en commande 20 000 exemplaires…


En 1946, la nouvelle usine produit 1 000 véhicules par mois. Très vite, le modèle quitte l’uniforme militaire pour endosser des habits civils. La Coccinelle est née. Elle rencontre très rapidement un très vif succès à l’international, notamment aux États-Unis. Même si bien des « experts », au départ, n’y ont pas cru. Ainsi William Rootes, à la tête du groupe britannique éponyme. Il juge la voiture « repoussante, trop laide et trop bruyante ». Sacrée vista…

L’entreprise est remise aux Allemands en 1949. Dès lors, son succès ne va pas se démentir. Elle incarne « le miracle économique allemand ». Lorsque la dernière Coccinelle est produite, au Mexique, le 30 juillet 2003, 21,5 millions d’exemplaires ont été vendus dans le monde entier.



Des voitures qui marquent


La Coccinelle va être, pendant de nombreuses années, le modèle unique de « VW ». Ce n’est qu’en 1962 que la marque allemande lance son célèbre « combi », qui fera un carton, entre autres, auprès des hippies, des babacools. Puis viendra la Passat en 1973.




Mais « la » nouvelle star du groupe allemand voit le jour en 1973. Son nom est inoubliable, mythique… La Golf. La troisième voiture la plus vendue de tous les temps. 30 millions d’exemplaires en juin 2013. Son succès doit beaucoup à l’expérience du groupe Audi, racheté par Volkswagen en 1964.



Un groupe tentaculaire


Aujourd’hui, Volkswagen (Das Auto, comme on l’appelle en Allemagne, soit « la » voiture) est un géant. Le groupe allemand, qui a connu bien des déboires au fil de son histoire, regroupe sous sa coupe 12 marques : Volkswagen, Audi, Porsche, Seat, Skoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Ducati (motos), Man (camions), Scania (camions) Nutzfahrzeuge (véhicules militaires). Il emploie 590 000 personnes dans 119 usines dans le monde. Le groupe a vendu 10,14 millions de véhicules en 2014 pour un chiffre d’affaires de 200 milliards d’euros. Il est, actuellement, le n°1 mondial des constructeurs automobiles, devant le japonais Toyota avec qui il se tire la bourre depuis bien des années.



Volkswagen aujourd'hui Gabon Spriint Auto


La qualité allemande n'est pas un mythe, et Volkswagen le prouve avec des modèles de véhicules fiables et robustes. Volkswagen chez Gabon Spriint Auto, c'était donc une évidence : nous partageons le même souci d'exactitude et de perfection, sans jamais sacrifier le plaisir de la conduite.

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page